mercredi 7 janvier 2009

L’énergie vitale…

Je réalise que je suis chanceuse… Très chanceuse !
Oui, mon cancer est un cadeau que je me suis offert bien malgré moi…
Je le réalise de plus en plus.
On dirait qu’il me fait comprendre l’importance et l’urgence de me resituer au plein centre de ma vie.
Il me force à prendre le temps de m’attarder davantage sur ce qui se passe à l’intérieur de moi, et non seulement à l’extérieur.
Il m’autorise à porter un nouveau regard, soit me percevoir comme une personne entière et non seulement au service de ma famille.
Il me rappelle avec force ce droit fondamental d’être moi-même… Trop de fois, je me suis mise en marge de ma vie, le temps d’élever mes enfants ou encore à cause des exigences de mon travail…

Le cancer me demande de tenir une promesse, celle de redécouvrir ce qui m’anime avec intensité, comme écrire, composer des chansons et de la musique, jouer du piano, ce que je ne faisais plus, ou si peu, depuis une dizaine d’années.
A me déculpabiliser lorsque j’ose dire non…
Mon cancer m’a fait prendre conscience que la peur du jugement défavorable m’a amenée trop souvent à m’oublier moi-même dans ce que je suis réellement. A vivre selon les normes. A ne pas déplaire aux autres. D’être altruiste !
Nous sommes nombreux à avoir étouffé nos impulsions créatrices par crainte de faire face aux évaluations négatives des autres et surtout de soi-même.
Que de blessures émotives je me suis infligée. Toute seule. Comme une grande fille…
Au fin fond de mon âme, j’ai trop de fois ressenti la tristesse. Dieu seul sait combien elle me rendait malheureuse… ! A petit pas, j’ai même laissé entrer en moi la sournoise conviction que ce qui devait m’importer le plus était essentiellement le bonheur des autres. J’ai même amadoué le sentiment d’être profondément heureuse ainsi… J’y ai cru…Folle que je suis ! Je m’oubliais complètement… mon piano aussi. En fait, je m’étouffais tranquillement…
Le cancer serait-il l’expression de ce dénie… ?

Maintenant, je comprends que je me dois de poursuivre ma vie en choisissant ce qui me stimule, m’avive et m’inspire. Qu’il m’est essentiel de faire appel à mon énergie vitale, celle qui me nourrit, m’électrise. C’est la seule façon qui me permettra de guérir mon corps… Je le crois…
Merci, cancer. Tu me secoues les puces…Mon tour est venu, quoi ! Je ne suis pas égoïste pour autant…
Dorénavant, c’est à moi que je dois plaire dans les gestes et le temps à donner… Me prioriser en provoquant des rencontres avec moi-même, régulièrement, en silence, avec sérénité…

J’ai envie d’être plus vibrante, plus vivante, plus joyeuse et surtout sereine avec moi-même. Il m’importe de prendre le temps de m’apaiser et de puiser la force au cœur de l’énergie vitale qui m’habite. J’ai un cancer à guérir… Je suis déterminée plus que jamais, si vous saviez…

Je vous aime,
Claire.

P.S. Pierre et moi avons vendu notre maison, le 31 décembre dernier… Ouf ! Une nouvelle vie nous attend, lui et moi…

5 commentaires:

David a dit…

Claire,

J'ai lu votre message 3 fois. Il y a tellement d'importantes réflexions à aller chercher dans votre texte, même pour nous, ceux qui n'ont pas le cancer...

Take care now,

David

Michelle a dit…

«J’ai envie d’être plus vibrante, plus vivante, plus joyeuse et surtout sereine avec moi-même. Il m’importe de prendre le temps de m’apaiser et de puiser la force au cœur de l’énergie vitale qui m’habite.»

GO ! Vous êtes un délice à lire... je suis heureuse d'avoir connu votre blogue et par le fait même, de vous connaître davantage de jour en jour. BRAVO ! Pour votre cheminement intérieur et pour la lumière que vous semez en vous, et autour de vous.

Affection sincère,

Michelle... avec deux ailes

Edelweiss a dit…

Que d’instrospections elle amène cette maladie. Que de remue-ménage dans tous les recoins de l’âme. Il m’arrive de penser qu’elle me fut envoyée afin justement de faire un grand nettoyage. Bouge-toi, fais vraiment ce que tu attendais dans la vie. Cesse de vivre pour les autres et de prendre sur tes épaules toutes les épreuves de vie de tes enfants. Ce ne sont pas les tiennes mais les leurs. Libère-toi ! Ça c’est la petite voix intérieure qui me brasse la cage.

Longue marche pendant des semaines, seule, sur le chemin de Compostelle en France et en Espagne, tel le petit prince atterri sur une autre planète à la recherche de la vérité. Moment de réflexion à écouter le cœur de la planète battre au même rythme que le mien. Retour sur les bancs d’école à l’université où mes cheveux gris contrastent avec toute cette jeunesse qui m’envoie tant d’énergie. Vente de la maison il y a quatre mois pour un nouveau départ citadin.

Oui, quels grands bouleversements riches d’une nouvelle expérimentation de la vie, parsemés quelquefois de doutes, de peurs, mais peut-être aussi le cadeau inestimable d’une nouvelle lucidité, d’une connexion avec l’ici et maintenant, d’un contact privilégié avec l’essence suprême de l’existence.

Prenez soin de vous

Edelweiss

Catherine a dit…

Chere Claire,

je viens de decouvrir votre blog tout a fait par hasard.Je viens de recevoir un diagnostic de cancer ovarien cet ete et j'ai commence une chimio... J'ai commence aussi un blog, et j'ai decouvert le votre juste en cliquant au hasard sur 'next blog'! je ne sais pas si nos blogs sont relies par leurs mots clef ou si c'est une de ces droles de coincidences de la vie..
Je vous lis avec beaucoup de plaisir, et j'apprends beaucoup de vous. Certains de vos passages m'ont fait pleurer car je traverse aussi beaucoup d'emotions similaires, mais je ne pense pas pouvoir les exprimer aussi bien que vous.
Merci beaucoup de partager vos pensees et vos emotions! bon courage,

Catherine Transler (Pays-Bas)

(mon blog est etpourtantjeveuxvivre.blogspot.com)

Anonyme a dit…

Ma chère Catherine, j'imagine votre désarroi face à cette nouvelle que vous avez apprise au cours de l'été... Le cancer ovarien n'est pas une sinécure...mais on apprend beaucoup sur notre vie avec ce foutu de compagnon qui nous suit dans notre quotidien et que nous n'avons pas choisi. Je vous envoie beaucoup d'ondes positives... Tenez bon ! Ayez du courage et surtout un désir de vivre énorme... Je vous serre dans mes bras...
Claire...
P.S.Je vais aller lire votre blogue sous peu...