lundi 4 février 2008

Visite d'orientation au département d'oncologie de Charles-Lemoyne

Ce matin, Claire allait rencontrer l'équipe qui s'occupera d'elle ainsi que les locaux où elle aura ses traitements. Il y a quelques secondes, j'ai reçu un message d'elle qui nous explique un peu sa journée. Bonne lecture !

Aujourd’hui, Pierre et moi sommes allés à la session d’informations donnée à l’hôpital Charles Lemoyne à tous les nouveaux « adeptes » du cancer. Le club, quoi ! J’ai appris beaucoup de choses qui auront à me servir au long de toute cette démarche que seront mes prochains six mois de traitement de chimiothérapie. Chacun réagit différemment à ce genre de traitement. Tout dépend du type de chimio, du type de cancer, du genre de réactions physiques. J’aimerais bien ne pas avoir de réactions ennuyeuses ou désolantes. J’aimerais bien aussi ne pas me sentir trop « malades ».

J’ai vu la salle où auront lieu mes injections. C’est ensoleillé, pleins de fenêtres qui nous donnent le goût de vivre, ou de survivre, je suppose. Mais, je vais vous avouer, j’avais des papillons dans le ventre lorsque je me suis avancée vers ce local qui sera le mien dès mercredi..


Cet après-midi, au téléphone, j’ai parlé avec Martine, mon infirmière pivot. Vraiment gentille, dévouée. J’ai appris que j’aurai un traitement de 4 à 5 heures, aux trois semaines…. Elle m’a conseillé fortement de me dorloter au cours de cette étape de 6 mois à venir et d’accepter d’être à la merci de mon état de santé, et de la fragilité de mes globules blancs. Pour contrer le désastre, j’aurai donc un thermomètre dans ma sacoche. Car je ne peux me permettre la plus petite infection… Paraîtrait que c’est loin d’être charmant de se retrouver à l’urgence… d’autant plus que tout ça retarde la poursuite des traitements de chimiothérapie. Je vais donc faire très attention. Des hôpitaux, je ne connais à vrai dire que les salles d’accouchements et c’est bien loin d’être tristes… Je vais voir un autre volet de ces grandes institutions.


L’impression de ma journée ne me laisse aucun arrière-goût ! Au contraire, l’équipe du service d’oncologie est vraiment formidable. Je me sens entre bonnes mains et j’ai confiance en leurs compétences, leur professionnalisme… Tout comme moi, cette équipe ne désire qu’une chose : combattre le monstre, l’anéantir !

Puis, si je regarde le beau côté des choses, j’aurai des heures et des heures de lecture puisque je devrai rester assise sur un énorme fauteuil qui m’a paru fort confortable. Tiens, j’y piquerai bien des petites siestes de temps en temps…

Merci, merci, merci de tous vos encouragements et de vos bons mots qui me réconfortent tellement, tellement et encore tellement.

5 commentaires:

Josiane a dit…

Bonjour! Un petit mot venant de toute ma famille pour te dire que nous pensons très fort à toi. Je te souhaite que tout ce passe pour le mieux mercredi, je penserai à toi particulièrement cette journée- là. Ne lâche surtout pas, ton courage m'épate.

Necia a dit…

Quelle force!!! Vous êtes un exemple à suivre pour les autres "adeptes" de la maladie. (Votre analogie m'a bien fait rire!)

Bon courage!!! Mes meilleures pensées sont avec vous et je vous enverrai des bonnes ondes la semaine prochaine, lors de votre premier traitement. Je demanderai également à mes "contacts" qui sont confortablement installés sur leurs nuages de vous surveiller.

L'union fait la force.

Nécia

danielle michaud a dit…

Ma belle Claire ,moi je te vois facilement sans cheveux.Les femmes que je cotoie tous les jours au chrtr,qui sont de ton CLUB ,on tellement un bon sens de l'humour.Elles sont très jolies ,moi je les aime natures Si tu décides de la faire sautée ne te gênes surtout pas.Grosses bises Danielle Michaud

Hélène et Benoît a dit…

Claire ma petite soeur, salut!
Je serai avec toi de toutes mes pensées vaillantes, demain. Fonce.
Je t'aime. Viscéralement.

Catherine, tiens-nous au courant. Plize. On est derrière toi.Ce blogue est une merveille.On se sent en équipe, donc, je l'espère très fort, Claire pourra se sentir... équipée.

Claude Gravel a dit…

Ma chère Claire,

Je sais qu'il se fait un peu tard ce soir mais j'espère que tu auras le temps de lire ce message avant de dormir.

Oui, demain, la guerre est déclarée et c'est le premier combat. Et, je me fais un rappel : chaque combat est un pas vers notre objectif : abattre le dragon.

Je ne sais pas à quelle heure tout cela débute. C'est dommage car j'entends avoir mon fusil à l'épaule et shooter moi aussi ! ! !

Lorsque la garde "shootera" le venin dans tes veines, tu pourras peut-être lui proposer de "shooter" un placebo en même temps. Qui sait, peut-être que le dragon choisira de mordre au placébo ne sachant pas que le venin est en train de l'abattre ! On lui aura joué un mauvais tour dès le premier combat ! ! !

Je pense à toi tous les jours Claire. Et à Pierre et aux filles aussi. Demain, je vais penser à toi encore plus.

Tu mérites de te gâter et de te faire gâter pendant ce combat et je suis certain que tu ne sera pas oubliée.

Finalement, Dieu, si vous êtes là, je vous demande de m'écouter, de m'entendre : mettez la main là-dedans.

Cap en avant, Claire. Tu seras présente dans mes pensées demain, sois-en très assurée. Tu ne seras pas seule.

Bonne nuit et bonne chance demain. Je suis certain que tu seras entre bonnes mains et que tout ira bien.

Ton cousin,

Claude