mardi 12 février 2008

Aujourd'hui, je me pose des questions...

Je veux juste vous dire que je vous aime… Énormément. Votre énergie me fait un sacré grand bien, au moral et au corps. Même si, aujourd’hui, je ressens encore une grande fatigue, un peu comme un voile tout léger qui m’enveloppe. C’est cette fatigue quasi rassurante qui me fait prendre conscience de l’amour que je vous porte… On dirait que je ne peux pas trop penser deux choses à la fois, ces temps-ci… Alors je ne pense qu’à ce qui me fait du bien… Le cancer, ça ne change pas le monde ! Ça confronte son monde… Moi qui étais toujours sur une patte, faisant deux choses en même temps et pourquoi pas trois même… me voilà, un peu plus calme, posée… Je prends le temps de réfléchir… J’ai du mal à comprendre pleins de petites choses encore, des significations existentielles qui se cachent derrière ce mal qui est venu me visiter. Dans le fond, si je m’étais cassée une jambe, je ne sais pas si le choc aurait été aussi violent… Quand on se brise une jambe, on ne s’interroge pas sur sa propre mort… Le cancer, oui. Ma mort… ? Je suis éphémère ? N’ayez crainte, je ne suis pas dépressive. Je ne veux pas m’en aller… Je refuse de mourir… J’ai bien trop encore à faire… Puis, j’ai besoin d’espérer et de continuer d’espérer. C’est un besoin intrinsèque… Mais,malgré ce besoin viscéral de lutter, d’être positive face à ma bataille contre cet ennemi qui m’habite, mes pensées divaguent un peu et m’interrogent plus souvent. C’est un peu ça, je crois, le cancer…. Quand on porte dans sa chair sa carte de membre du « club », les pensées morbides envahissent notre esprit. Il est même difficile de les chasser. Faut vraiment faire des efforts et se concentrer sur le moment présent, l’instant même. Mais je vais avouer quelque chose, il m’aura vraiment fallu attendre 55 ans dans ma vie pour comprendre profondément que sa propre mort est un événement inattendu. Je prends aussi conscience que je peux vivre, avec la volonté et le désir de vivre, plus longtemps peut-être… C’est fou ce qui peut nous traverser l’esprit quand on est fatigué. On n’a pas la force de s’étourdir en faisant plusieurs choses à la fois, à une vitesse telle qu’on ne peut s’attarder à aller au fond des choses. Décidément, j’ai à apprendre à vivre ma vie autrement… J’ai l’air bien sérieuse avec mes petites réflexions, mais ça me fait du bien de vous les partager. Oui, ça me fait du bien de les exprimer, de trouver les mots pour décrire un peu ce que je ressens. Je me sens vivante quand je vous écris. Si je me sens vivante, je redeviens une battante… Là, je me reconnais… Je vous aime et cent fois mercis de vos bons mots, vos pensées, vos prières et toute cette énergie incroyable dont vous me gratifiez et qui virevolte autour de moi, de ma famille, de mon Pierre… J’ai beau pensé à la mort, n’ayez crainte…Je ne veux pas m’en aller tout de suite… J’ai encore à faire, hein ?

Claire.

13 commentaires:

Necia a dit…

Je crois qu'il est tout à fait normal de penser à ce genre de choses. La Vie nous apporte des épreuves qui font en sorte qu'on doit se remettre en question et aussi, s'interroger sur l'essence même de la Vie... (Par contre, les moyens utilisés sont largement discutables!)

C'est très touchant de voir tout l'amour qui vous entoure et de lire tous ces messages d'espoir et de guérison.

J'ai souvent une pensée pour vous et la famille.

Je revois ce que mon père a vécu il y a quelques années et je peux vous assurer que votre MERVEILLEUSE attitude, le support de la famille, des amis et des inconnus sont des alliés essentiels.

"Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel."
(Jean Jaurès, homme politique français)

Fernand Matteau a dit…

Salut Claire
Catherine m'a montré comment envoyer des commentaires. Maintenant que je suis " initié " je pourrai l'indiquer à tous ceux qui me le demanderons....

Gros becs.
Fernand

Clodette St-Amant a dit…

Pierre, Je suis sincèrement désolée d’apprendre cette nouvelle. La Vie nous donne vraiment de très gros défis parfois. Vous pouvez compter, toi et ta famille, sur mes pensées positives…
Clodette

Éric Scullion a dit…

Ma belle-soeur,
Voilà ce que je voulais t'écrire ce matin..à la lecture de ton dernier message sur le blog.

Éric, le beauf de Lévis

Face à soi
Face à Sa foi,
Face à Sa loi cellulaire
Face au temps de Ses hivers,
Nous ne serons jamais plus qu'un flocon.

Unique parmi l'Infini
Filant à la vitesse lumière
Quand tout est si petit
Dans son cycle de victoires et de revers.


Comment respirer l'air
De celle qui nous inspire
Quand la tourmante frappe comme un éclair.
Mon idée était Claire
Elle l'écrit, le partage
Comme un gage.

Assuré du printemps radieux
Qui s'amène en seconde
Le flocon surprendra tout le monde
Il reprendra sa forme unique sous nos yeux.

Le prochain hiver
Elle reprendra Sa place
Pour former les congères
Pour réchauffer nos coeurs trop souvent de glace.

Claudine a dit…

Chère Claire, très chère Claire,

C'est tellement beau et posé ce que tu écris. Il me semble entendre ta voix lorsque je lis tes réflexions.

C'est vrai que la vie a de ses façons de nous faire ralentir et réfléchir. Par expérience, je sais que nous avons des ressources inconnues lorsque nous arrive des épreuves. Il faut juste se faire confiance et accepter (c'est sûrement le plus difficile) de ne pas avoir le plein contrôle sur tout ce qui nous arrive.

Je te partage un petit bout d'une relecture que je suis à faire:
«Exténuée par cette aventure rocambolesque qui lui a semblé interminable, Élise lui sourit avec énormément de tendresse et ferme doucement les yeux, enfin rassurée.» (page 185)

Toi, qui a toujours beaucoup donné, ferme les yeux et savoure pleinement tout ce que tu reçois. enfin rassurée.

Chère Claire, très chère Claire, en cette journée de St-Valentin qui pour certains est très commerciale, tu es entourée d'une aura d'amour et de tendresse. Profite de chaque pétale de cette gigantesque fleur.

Je t'embrasse xx

louise paquette a dit…

Bonjour ma belle Claire,

Je crois que tu n'as pas reçu mon dernier message alors je le réécris.

En lisant tes derniers mots je comprends ce que tu veux dire au sujet de la mort. Je sais que tu ne veux pas mourir, au contraire mais au travers de la maladie on s'aperçoit tout à coup de notre propre mortalité.

Je peux te dire qu'avant lorsqu'on me parlait de vivre l'instant présent, je le comprenais avec ma tête et maintenant je le comprends avec mon coeur...différent!
La maladie a ça de bon pour nous ramener aux vrais choses de la vie n'est-ce pas?

Par tes propos je constate que tu es une combattante et il y a de fortes chances pour que tu gagnes la bataille. À l'abordage!!!

À bientôt, porte-toi bien.

Louise Paquette

Loulou l'intrépide a dit…

Juste un petit mot pour PIERRE,

Ça fait longtemps quon s'est vu tous les deux et j'imagine comment tu dois te sentir impuissant devant cette expérioence, comme mon chum s'est senti il y a de cela déjà 9 ans lorsqu'il a appris ma maladie.àà
Dis-toi que c,est son combat et que tu ne peux rien faire sauf d'être là lorsqu'elle ne a besoin c'est tout...rien de plus.

L'homme a besoin de faire des choses pour secourir celle qu'il aime alors que seulement son épaule et son oreille sont impoprtants pour elle.

Bon courage mon PIERRE.

LP

Nicole Crispin a dit…

Ma très chère Claire,
je te lis très souvent et je t'envoie plein de belles pensées et d'amour, d'énergie... aujourd'hui j'ai formé une équipe pour la marche des lanternes(6 juin pendant 12 heures)c'est en pensant à mon père, ma soeur et toi que j'ai décidé de faire une équipe, tu sais je pensais jamais avoir 10 noms parce qu'il faut être 10 pour former une équipe, et bien imagine toi qu'en 45 minutes j'avais 20 noms et j'ai pas fini, tu sais comment je suis extrêmiste et bien tant qu'à le faire je veux que l'équipe Curves soit 50 participantes... il y aura une lanterne en ton nom. Et si tu es en forme je t'invite sous la tente Curves ou il y aura ta photo, celle de mon père, et ma soeur... ma soeur devait être mon capitaine, mais elle sera en France elle part le 5 juin, alors je dois en trouvé un autre, mais elles veulent toutes participer, c'est tellement cool et je me sens super transportée par tout cette union c'est vraiment super. Alors je t'embrasse et je veux te dire ma championne que je t'aime et je t'envoie plein d'énergie et je te donne des nouvelles de l'équipe, ton équipe, notre équipe à nous tous...

bisous Nicole C

Huguette Jean a dit…

Bonjour Chère Claire,



D’habitude quand je parle avec Pierre, lors de ses visites à Toronto, les nouvelles de la famille sont bonnes. Quel choc d’apprendre que ce vicieux cancer a décidé de te visiter… ce qu’il ne sait pas ce vicieux cancer c’est que tu es une femme forte, tenace et qui aime trop la vie pour le laisser s’installer en permanence.



Je pense à toi positivement plusieurs fois par jour et je prie pour toi aussi. Tous ensemble avec toi on va combattre cet ennemi.



Je te souhaite beaucoup de courage pour traverser cette période difficile. Je souhaite aussi que les traitements ne vont pas trop t’affaiblir.



Je veux aussi partager avec toi qu’en 1989 ou 90 ma mère a été atteinte d’un cancer et quand j’en avais parlé avec Pierre qui était mon superviseur à l’époque il m’avait convaincue que ma mère pouvait s’en sortir. Eh bien elle s’en est sortie.



Je t’embrasse très fort et te prie de recevoir des tonnes d’énergie positives de Toronto.



Courage,



huguette

Marie-France Léonard a dit…

Chère Claire;



Lorsque Pierre m’a annoncé la triste nouvelle, j’ai débuté le tissage d’un fil qui te rejoint. Je pense à toi aussi souvent que possible. Je t’enveloppe des plus belles couleurs de l’univers afin que le processus de guérison soit actif.



En cette veille de la St-Valentin, je souhaite que l’énergie et l’amour de ta famille, de tes amis d’aide à éliminer la maladie et que nous revienne plus forte et rayonnante de ton unicité.



Et comme tu dis, profites des plats mijotés, des innovations et des belles lectures !



Bisous,



Marie-France Léonard

Danièle Caloz a dit…

Bonjour, Claire, bonjour, Pierre,

Je suis tellement contente que tu aies donné des nouvelles et que tu m’aies comptée parmi vos amis. C’est vrai qu’on s’est perdus de vue. Cependant, je pense souvent à vous.
Je suis vraiment cafardée de ce qui t’arrive, Claire. Je trouve qu’il y a bien trop d’entre nous qui avons ce cancer. Je veux t’envoyer toutes les pensées positives que je peux, parce que j’y crois, à la télépathie. Encore une fois mes meilleures pensées et bisous.

Daniele

Nathalie Aubin a dit…

Bonjour Pierre,

J’ai bien reçu ton message. Soyez assurés que je vais vous envoyer beaucoup d’ondes positives. Claire est une femme forte et avec un conjoint et des enfants comme vous, elle s’en sortira j’en suis certaine. Je sympatise beaucoup avec elle puisque moi aussi j’ai eu un cancer il y a 4 ans, un cancer de la thyroïde. Ça n’a pas été toujours évident mais quand on est bien entouré ça aide énormément pour la guérison. Tout va bien pour moi maintenant. Ne perdez jamais espoir et de restez positifs ....


Nathalie

Suzanne Rivard a dit…

Bonjour Claire,

Je me suis mis à jour finalement dans la lecture des messages que l'on t'a
envoyés depuis mon retour du Sud. Mon travail, ayant repris également,
j'accusais quelque retard. Me voici de retour.

Mercredi dernier, je ne filais pas très bien...étourdie. Rien à comparer à
ce que tu traverses présentement. Mais ce malaise m'a amené à penser à une
de mes tantes qui a certains dons, héritage de mon grand-père Rivard. C'est
tardivement, que j'ai appris que mon grand-père avait des dons. Je pense
même qu'il était décédé, lorsque j'ai appris que de son vivant, il pouvait
arrêter le feu, les brûlures et le sang. Jamais, il n'a vanté, étalé cette
faculté. Ce sont des témoignages qui me sont parvenus de ma famille, qui ont
corroborés les faits, les accomplissements (et ce, même à distance) de mon
grand-père. J'ai su qu'il avait un tel don, le jour où j'ai appris qu'une de
mes tantes (une de ses filles) avait hérité de celui-ci par transmission des
"pouvoirs". La passation, se faisant, vu que c'est mon grand-père, d'un
homme à une femme. Cette tante le lèguera ensuite à un homme (toujours le
sexe opposé). Personne d'autre ne connaît les incantations, les paroles
magiques pour venir à bout du maléfice.

J'ai donc contacté cette tante (Rita) pour lui parler de toi. C'est sûr
qu'elle n'a pas la prétention de guérir le mal qui t'accable. Cependant,
elle pensera à toi. Comme nous tous, elle t'enverra des pensées positives et
joindra le rang des guerriers. Elle a bien pris soin de ton nom et de ton
âge et n'aura aucune difficulté à s'en souvenir car elle a une fille qui a
sensiblement ton âge (57 ans aujourd'hui) et qui se prénomme Claire. Je lui
ai donc demandé d'utiliser son don mais à l'inverse... aller brûler ces
vilaines cellules cancéreuses. En tout cas, elle pensera à toi. Je serais
portée à te dire, pense à elle mais, également à Edgar (mon grand-père),
même s'il n'est plus de ce monde. Comme dit la pub du lait, un c'est bien,
deux c'est mieux.

Je t'embrasse et te souhaite simplement de passer une bonne journée. Une
journée à la fois.

Bisous,

Sue